Cabinet Bougardier | 22 Av. de l’Opéra - 75001 Paris - Sur rendez-vous

Régler des frais de succession sans vendre le bien

 

Suite au décès de sa mère, Luc Toussaint et sa femme Maryse ont hérité d'un immeuble à Châtillon (92). Ils souhaitent conserver le bien mais ne disposent pas immédiatement des fonds pour régler les droits de succession.

Une rente pour la retraite

Luc et sa Maryse sont respectivement âgés de 61 et 63 ans. Tous deux ophtalmologues, ils se sont rencontrés il y a 30 ans, ils travaillaient alors dans le même hôpital.

Ils continuent d'exercer ensemble et ont acheté en 2005 un appartement à Malakoff pour y loger leur cabinet. À leur retraite, ils mettront en location cet appartement. Ils pourront également compter sur leur épargne, mais un complément de revenu serait le bienvenu pour sécuriser les jours à venir.

La succession : un immeuble de 470m2 à Châtillon

La mère de Luc Toussaint est décédée cette année et il hérite d'un lot d'appartements qu'elle possédait à Châtillon. Cet immeuble, d'une surface de 470 m2 dont 300m2 habitables est réparti en quatre appartements : deux studios, un F2 et un grand duplex de 150m2. Il a été construit en 1985 et acheté sur plan par les parents de Luc. Cet immeuble est estimé à 1,3 millions d'euros.

Comment régler les frais de succession d'un immeuble ?

Ils souhaitent conserver l'immeuble mais doivent s'acquitter de près de 330 000 € de frais de succession. La mère de Luc a légué sa résidence principale et son épargne à d'autres membres de la famille, le couple doit donc se financer lui-même.

Ils décident d'emprunter pour honorer les frais de succession.

Impossible d'emprunter auprès de leur banque

Ils contactent leur banque, dans laquelle ils sont clients depuis leur mariage.  Le couple affiche de belles garanties de solvabilité : les loyers de l'immeuble ainsi que les revenus de leur activité devraient leur permettre d'emprunter.

Cependant, la perspective de financer un tel montant de trésorerie à leur âge amène leur banque à apporter une réponse défavorable.

La solution : un crédit hypothécaire pour financer les droits de succession

Sur les conseils de son directeur d'agence bancaire, le couple recherche un financement alternatif et décide de contacter le Cabinet Bougardier.

Lors d'un entretien personnalisé, nous discutons avec Luc et Maryse de leur besoin et de leurs ressources financières. Nous convenons alors du montage suivant :

  • Garantie hypothécaire sur le duplex de l'immeuble hérité, d'une valeur de 720 000 €
  • Crédit hypothécaire de 350 000 €, leur permettant de régler les frais de succession
  • Remboursement amortissable d'une durée de 15 ans

Grâce à cette somme, le couple a réglé dans les temps les frais de succession.

Cabinet Bougardier : le crédit hypothécaire depuis 1970

Depuis 1970, nous obtenons des crédits hypothécaires pour les propriétaires immobiliers. Notre équipe traite chaque demande avec la plus grande attention afin de trouver le crédit qui correspond le mieux aux besoins et à la situation de nos clients.

Contactez-nous ou déposez votre demande en ligne.

 

Pour aller plus loin, nos autres cas clients :